Les symptômes du VIH/sida peuvent varier selon la phase de la maladie. Il est également  impératif de noter qu'il n'est pas possible à 100 % de déterminer le degré de la maladie exprimée seulement par des symptômes externes. Vous pouvez donc avoir un diagnostic correct apres avoir fait une analyse du sang.

Le début de la phase de l'infection par le VIH:
Le plus souvent cela peut être le refroidissement qui peut apparaitre dans les deux à quatre semaines, accompagné de symptômes tels que:
Maux de tête
Fébrilité
Mal de gorge
Eruption cutanée
Inflammations des ganglions lymphatiques

Sida

Notez: même si aucun symptôme ne se manifeste, vous êtes toujours  capables de transférer le virus à d'autres personnes. Votre propre système immunitaire subit  des attaques de ce virus, dès sa penetration dans votre corps. Lorsque le virus continue à se multiplier et à détruire vos cellules immunitaires, vous pouvez constater l'apparition de symptômes chroniques tels que:
ganglions lymphatiques gonflés (souvent l'un des premiers signes de l'infection par le VIH)
diarrhée
perte du poids
fébrilité
toux et l'essoufflement 

La dernière étape de l'infection par le VIH:
D'une manière générale, elle commence  10  semaines apres de l'infection primaire et présente des symptômes plus graves, lesquels identifient exactement le présence du SIDA dans votre organisme. A cette période là, le SIDA  se developpe et votre système immunitaire est gravement endommagé, ce qui rend votre organisme tres vulnérable aux infections opportunistes.

Les signes et symptômes du VIH/Sida peuvent être:
Transpiration excessive la  nuit
Frissons ou fièvre supérieure à 38 c (100 F) pendant quelques semaines
Toux sèche et l'essoufflement
Diarrhée chronique
Taches blanches ou blessures inhabituelles persistantes sur votre langue ou dans la bouche ;
Maux de tête
Vision floue et déformée
Perte de poids
Ganglions lymphatiques gonflés en permanence
Si vous etes infectées par le VIH, vous présentez un risque plus grand de développement de certains types de cancer, tout particulièrement: sarcome de Kaposi, cancer du col utérin et lymphome.
Fort heureusement, le développement actuel de la médecine  permet de réduire  le risque de ces maladies.